Collège Jules Ferry : la Ville soutient les professeurs et les parents d’élèves

Dans cette page

Dernière mise à jour : 06/09/2021

Catégorie(s) : Education

Catégorie(s) :

« Nous souhaitons, Dominique Hébert et moi-même, assurer les enseignants, les parents et les élèves du collège Jules Ferry de Querqueville de notre soutien total dans le mouvement qu’ils mènent depuis la rentrée, a rappelé lundi 6 septembre, Benoit Arrivé, Maire de Cherbourg-en-Cotentin. C’est une action inédite, dont je mesure bien les conséquences pour les enfants et les familles, mais elle était malheureusement prévisible », insiste le maire qui rappelle avoir appelé l’attention de l’Éducation nationale et du Département de la Manche sur ce cas lors du conseil municipal de juin dernier.  Nous sommes très surpris de la réponse apportée par la vice-présidente du Département en charge des collèges qui ne propose comme solution au manque de professeurs que de revoir le réseau des collèges dans la Manche »,  a ajouté le maire faisant référence à l’interview donnée ce week-end par Mme Adèle Hommet à la Presse de la Manche.

 

Pour mémoire, Cherbourg-en-Cotentin a déjà subi la fermeture du collège Charcot, fusionné avec le collège de la Bucaille. 

« De toute évidence, si l’on en juge par ce qui se passe aujourd’hui à Querqueville, la situation en matière de dotation horaire ne s’est pas améliorée à la suite de cette fermeture, bien au contraire. La Ville sera très vigilante face à cette révision annoncée du réseau des collèges et ne transigera pas sur la qualité d’accueil et d’enseignement, ni sur le maillage de son territoire qui doit garantir aujourd’hui l’équité aux familles dans l’accès à l’enseignement », indique Dominique Hébert.

 

 

La Ville souhaite à l’occasion de cette rentrée mettre également l’accent sur la situation des enfants handicapés et sur l’allocation en AESH (Accompagnement des enfants en situation de handicap). Alors que le Ministre annonçait l’important effort consenti par l’État pour que cette rentrée soit inclusive, force est de constater que l’objectif n’est pas atteint.

 

« Nous relayons auprès de l’Éducation nationale un nombre croissant de demandes de parents qui voient leur allocation horaire diminuer et se retrouvent dans l’incapacité d’assurer correctement la scolarisation de leurs enfants. »

 

En ce qui concerne la rentrée en maternelle et en élémentaire, la Ville, une semaine après la rentrée, constate une différence importante entre les prévisions de l’Éducation nationale et la réalité des effectifs de rentrée.

 

« L’Éducation nationale prévoyait environ 5 100 élèves à la rentrée et nos décomptes font aujourd’hui apparaitre un effectif qui dépasse les 5 200. Pour assurer un taux d’encadrement idéal et un nombre de classes adapté, il faudra à l’avenir que l’Éducation nationale intègre que la courbe des effectifs est désormais ascendante et qu’on ne pourra pas, face à un nombre d’élèves en hausse, afficher un nombre de classes et d’enseignants en baisse ».