Florence Parly à Cherbourg-en-Cotentin le 12 avril

Dans cette page

Dernière mise à jour : 13/04/2021

Catégorie(s) : International

Catégorie(s) : Commerces/économie

Catégorie(s) : International,Commerces/économie

visite chantier du Perle Naval Group

Florence Parly, ministre des Armées, et l’Amiral Pierre Vandier, Chef d'état-major de la Marine nationale, se sont rendus lundi 12 avril sur le site sur son site de Cherbourg de Naval Group. Au programme la visite du  chantier où est actuellement réparé le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Perle. La ministre des Armées a également rencontré les équipes franco-australienne du programme Australian Future Submarine en présence de Gillian Bird, ambassadrice d'Australie en France et de Benoît Arrivé, maire de Cherbourg-en-Cotentin.

 

La réparation et la transformation du SNA Perle qui avait été fortement endommagé lors d’un grave incendie le 12 juin dernier est un challenge totalement inédit. Cinq mois après le lancement du chantier, l’arrière de laPerle, intact, va être assemblé de façon imminente avec l’avant du sous-marin Saphir. Ce dernier avait été retiré du service actif en juillet 2019.

Réaliser l'hybridation de deux sous-marins est à la fois une opération innovante et maîtrisée dont les différentes étapes comprennent :

• la découpe des deux sous-marins Perle et Saphir, réalisée respectivement en février et mars ;

• le déplacement puis l’alignement très précis des demi-sous-marins sur des « marcheurs », réalisé début avril ;

• le soudage proprement dit de la coque épaisse des deux demis sous-marins, puis la reconstitution des ponts intérieurs dans la zone de jonction ;

• le raboutage de centaines de câbles et de collecteurs ;

Environ 100 000 heures d'études d’ingénierie sont en cours afin de mettre à jour quelques 2 000 plans ou documents et d’étudier dans le détail la zone de jonction (zone de 1,4 mètre de long ajoutée au sous-marin) et de raboutage des câbles et tuyaux qui parcourent le sous-marin de l’avant à l’arrière. Un travail important d’aménagement de la zone de jonction a été réalisée grâce à la modélisation du sous-marin Perle à l’aide d’une maquette numérique 3D, modélisation réalisée par une équipe de cinq intégrateurs-projeteurs. Ils ont créé un jumeau numérique de la zone, dans laquelle ils ont défini les cheminements de tuyaux et câbles, les supports qui soutiendront ces tuyaux et câbles, etc. Cette maquette 3D va aussi permettre aux électriciens et tuyauteurs de répéter leurs gestes en réalité virtuelle avant de réaliser les opérations à bord.

Une fois remis en état, le SNA Perle rejoindra la base navale de Toulon. Naval Group reprendra alors au dernier trimestre les travaux d’Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparation (IPER) et enfin la mise à niveau du système de combat.

 

Un chantier industriel hors du commun

Depuis la décision de la ministre des Armées le 22 octobre dernier, de procéder à la réparation du SNA Perle, tous les jalons ont été tenus. Le sous-marin Perle a été transporté de Toulon à Cherbourg. Il a été mis en place sur le dispositif de mise à l’eau début janvier 2021 et les travaux de préparation à la découpe de sa coque épaisse ont pu débuter via la découpe des ponts, des cloisons et câbles électriques. La découpe de la coque épaisse a été une étape sensible parfaitement maitrisée.

 

 

Le nouveau SNA Perle

Le sous-marin nucléaire d’attaque Perle est le dernier des six sous-marins de Classe Rubis, admis au service actif en 1993. Une fois rénové, il sera plus long de 1,4 mètre, volume spécifiquement créé pour intégrer les boites de jonction nécessaires au raboutage des câbles électriques notamment. Ainsi allongé, deux nouveaux locaux-vie seront également aménagés, permettant un gain de place pour les équipages.

Les SNA de classe Rubis seront remplacés par les sous-marins de classe Suffren, issus du programme Barracuda dont le premier de la série, le Suffren, a été livré à la Marine nationale en novembre 2020. La construction des SNA de classe Suffren se poursuit à un rythme de série avec cinq sous-marins en cours de construction à différents stades d’avancement sur le site de Cherbourg.