Fourches - Charcot-Spanel : l’opération de renouvellement urbain débutera en 2022

Dans cette page

Dernière mise à jour : 21/09/2021

Catégorie(s) : Cadre de vie

Catégorie(s) : Travaux/urbanisme

Catégorie(s) : Cadre de vie,Travaux/urbanisme

Les travaux sont prévus à compter de 2022 dans ce quartier prioritaire de la Ville. L’opération de renouvellement urbain programmée sur le secteur des Fourches – Charcot-Spanel transformera le quartier en profondeur : nouvelle offre de logements avec un programme de démolition-reconstruction, résidentialisation, préservation et valorisation du patrimoine architectural et naturel, équipements et espaces publics repensés… Montant de l’opération : 50 M€.

 

L’opération de renouvellement urbain du quartier des Fourches – Charcot-Spanel, débutera en 2022. Cette transformation de grande ampleur permettra de valoriser ce quartier occupant une position stratégique dans la ville, à la jonction de Cherbourg-Octeville et d’Équeurdreville-Hainneville.

 

« Quartier prioritaire de la Ville de Cherbourg-en-Cotentin, berceau des premiers logements sociaux dans les années 20 et au moment de la Reconstruction, il bénéficiera d’une nouvelle offre de logements à travers un programme de démolition-reconstruction, de la mise en avant du patrimoine architectural existant, de la création d’espaces publics, de liaisons et d’une ouverture favorisées avec son environnement proche et les équipements adjacents », indique Ralph Lejamtel, adjoint à l’urbanisme.

 

Près de 1 500 habitants sont directement concernés par cette opération de renouvellement urbain, sans compter les nombreux usagers fréquentant quotidiennement ou régulièrement les structures environnantes : école, lycée, entreprises, espace René Le Bas…

 

« Environ 50 M€ seront investis par les partenaires sur les différentes opérations, en majorité par les bailleurs sociaux sur le volet de la réhabilitation ou démolition-reconstruction. La Ville de Cherbourg-en-Cotentin et la Communauté d’agglomération du Cotentin financeront notamment des équipements et des espaces publics pour un montant de 10 M€ », précise Sébastien Fagnen, vice-président de la Communauté d’agglomération du Cotentin en charge de l’urbanisme, de la stratégie foncière et de la politique de la ville.

 

 

Un programme de démolition-reconstruction

 

« Ce projet symbolise nos priorités pour l’habitat et le cadre de vie : concertation avec les habitants, mixité sociale et générationnelle, équipements et cadre de vie améliorés, nouveaux modes de circulation… Sur la question du logement, Cherbourg-en-Cotentin a besoin de dynamiser son offre, pour s’adapter à la demande, en construisant du neuf, mais aussi en réhabilitant, car il faut savoir s’appuyer sur l’existant pour préserver une identité et maîtriser l’étalement urbain », souligne le maire, Benoît Arrivé.

  • 141 logements démolis

Le programme de démolition se concentre sur une zone située entre la rue du Docteur Charcot et la rue du Docteur Caré.

 

  • SA HLM Les Cités Cherbourgeoises :  17 logements et commerces immeuble Lilas, 80 logements immeubles Primevères et Muguets, 40 logements immeuble Violettes, Démolition des boxs et séchoirs

Ce secteur, ouvert sur l’espace René Le Bas, verra la reconstruction de 58 logements et de la nouvelle crèche, dans un cadre arboré et équipé pour être un nouvel espace de rencontre.

  • SA HLM du Cotentin : 4 maisons démolies rue du Docteur Caré
  • 287 logements résidentialisés

 

La résidentialisation porte sur les abords des immeubles, leurs façades, les équipements ou services (stationnement, garages à vélo, espaces de jeux…), pour améliorer le cadre de vie des résidents, notamment par les aménagements paysagers.

Premier îlot concerné : la résidence Louis Laurent, dès 2022 (47 logements) avec notamment des ravalements de façades, l’aménagement d’un garage à vélos et d’espaces extérieurs.

 

  • SA HLM Les Cités Cherbourgeoises : 140 logements sur Charcot-Spanel
  • SA HLM du Cotentin : 47 logements sur Louis Laurent
  • Presqu’île Habitat : Cité Girard (100 logements)

« Concernant la résidentialisation de Louis Laurent, l'identification des points d'interventions a donné lieu à une concertation menée en collaboration avec la maîtrise d'œuvre, architecte appuyé d'une paysagiste, auprès des locataires de la résidence, explique Frédéric Deloeuvre, directeur général de la SA HLM du Cotentin. Une demi-journée de concertation a ainsi été organisée pour rencontrer les locataires en pied d’immeuble afin de recueillir leurs besoins, souhaits et attentes vis-à-vis de cette opération. Objectif principal : redonner de l'attractivité à l’ensemble immobilier en permettant aux locataires de s'approprier d'avantage un environnement devenu plus agréable à vivre et adapté à leurs attentes ».

 

Dans ce cadre, l'ensemble des espaces extérieurs seront traités ainsi que les abords (espaces verts, voiries, clôtures, cheminement piétons) avec la création d'espaces partagés (espace de jeu, local vélo, conteneurs enterrés), les 4 halls de la résidence ainsi que les parties communes des étages feront l'objet de réfection et un ravalement de la façade sera également réalisé.

 

  • 264 logements réhabilités

 

Il y aura deux fois plus de logements réhabilités que démolis. Ce volet est essentiel dans le projet de transformation du quartier, il traduit la volonté de s’appuyer sur l’existant et de préserver l’identité des lieux.

 

  • SA HLM Les Cités Cherbourgeoises  : 140 logements sur Charcot-Spanel
  • SA HLM du Cotentin : 16 maisons rue du Docteur Caré // 8 maisons rue de la Polle + 16 des 20 maisons rue du Docteur Caré
  • Presqu’île Habitat : 100 logements Cité Girard

 

« La mission de maîtrise d’œuvre pour cette réhabilitation de la Cité Girard a été confiée au cabinet Speen en mai 2021. Les diagnostics techniques actuellement en cours de finalisation permettront de construire le programme définitif des travaux qui seront réalisés sur la résidence. En effet, si les grandes lignes du projet ont d’ores et déjà été validées (isolation thermique, aménagement des halls ou encore remplacement des portes palières et de locaux communs), le détail de ce qui doit être mené sur les différents immeubles nécessite d’être affiné avant le lancement des consultations, prévu en 2022 », indique Benjamin André, directeur général de Presqu’île Habitat.

 

  • 154 logements construits

 

66 logements neufs seront construits au cœur du quartier, alternant petits immeubles et maisons accolées. S’ajouteront 88 logements en-dehors du quartier : 56 à proximité immédiate, sur l’ancien terrain de football de la Polle, et 32 à Tourlaville (16 près de la résidence Blanche Roche (SA HLM Les Cités Cherbourgeoises) et 16 à la Moignerie (SA HLM du Cotentin).

 

  • SA HLM Les Cités Cherbourgeoises : 39 logements collectifs locatifs sociaux, 6 logements individuels locatifs, 13 logements en diversification
  • Action Logement : 8 logements locatifs privés

 

La rue du docteur Caré, un patrimoine préservé et valorisé

 

Le patrimoine architectural de la rue du Docteur Caré sera réhabilité. Bientôt centenaires, 16 des 20 maisons seront conservées. Conçues par l’architecte René Lévesque, elles sont les premiers logements sociaux construits à Cherbourg entre 1922 et 1924.

« Préservées, elles symbolisent un renouvellement attentif au patrimoine. Sous le pilotage de la SA HLM du Cotentin, elles seront rénovées et agrandies », précise Ralph Lejamtel.

 

Relogement : un accompagnement des locataires

 

" L’accompagnement des locataires est primordial. Et ils seront ensuite prioritaires pour le relogement au cœur du quartier », souligne Benoît Arrivé.

 

Les habitants des 137 logements des immeubles de l’îlot situé à l’ouest de la rue du Docteur Charcot, soit quatre bâtiments, seront relogés sur la période 2022-2023.

 

« Dans le courant du 4e trimestre aura lieu un accompagnement avec des entretiens à domicile, pour recueillir les informations et les souhaits de logement et de quartier », précise Laurence Couppey, directrice générale déléguée de la SA HLM Les Cités Cherbourgeoises.

 

Du côté de la SA HLM du Cotentin, pour laquelle les locataires de la rue du Docteur Caré et de la rue de la Polle sont concernés, Frédéric Deloeuvre, directeur général, prévoit un accompagnement similaire.

 

Dans les grandes lignes, le relogement se conduit selon les étapes suivantes :

  • Un représentant du bailleur rencontre individuellement les locataires chez eux
  • Le bailleur fait une ou plusieurs propositions (3 maximum) de nouveau logement
  • Après le déménagement, le chargé de relogement reste disponible et à l’écoute

 

Au cœur du quartier, des équipements et espaces publics de qualité autour d’un espace de rencontre

 

Centre névralgique de ce quartier revisité, un lieu de rencontre sera créé dans le secteur entre les rues du Docteur Charcot et du Docteur Caré.

 

« Il sera ouvert sur l’espace René Le Bas – un travail sera fait sur l’actuel mur existant pour créer davantage de lien entre les différents sites - sera arboré et favorisera un horizon dégagé avec la pente existante, avec vue sur la chapelle. Cette agora contemporaine accueillera la nouvelle crèche, des terrains de sport, jeux, aires de pique-nique… », détaille Ralph Lejamtel.

« Nous souhaitons offrir de nouveaux lieux d’implantation aux commerces, précise Benoît Arrivé. Par ailleurs, certains services seront à conforter ou à améliorer, comme la crèche, l’école de la Polle ou encore la Maison Flora Tristan ».

La nouvelle crèche, d’environ 40 places, sera donc construite près de la structure actuelle, au sein du futur espace ouvert donnant sur le parc de l’espace René Le Bas. Elle bénéficiera de nouveaux fonctionnements, notamment sur les horaires, pour s’adapter aux attentes des familles. L’école de la Polle, quant à elle, deviendra un élément central du renouvellement du quartier.

« L’enjeu est d’attirer de nouvelles familles et de favoriser le renouvellement générationnel », précise le maire.

 

L’idée de ce projet est également, outre de relier le quartier aux centres de Cherbourg-Octeville et d’Équeurdreville-Hainneville, d’intensifier les liens avec les équipements qui l’entourent : complexe tennistique de la Polle, stade Postaire, lycée Millet...

« Nous avons l’exemple de l’espace René Le Bas, ex-Hôpital Maritime, qui accueille des entreprises, des associations… L’Autre Lieu, tiers-lieu né en 2019 et œuvrant autour de la création, de la résidence, de la diffusion, est déjà connecté au quartier et entend bien jouer un rôle actif dans la vie de celui-ci », se réjouit le maire.

« Créer des espaces publics de qualité et des cheminements, notamment piétons, pour mieux circuler, tout en valorisant le patrimoine végétal du quartier, est une des priorités du projet, décrit Ralph Lejamtel. Le quartier a des atouts qu’il faut mettre en avant et exploiter, comme le patrimoine végétal de l’espace René le Bas, les cœurs d’îlots arborés au pied des immeubles ou encore les deux vallons de verdure qui l’entourent ».

 

Des placettes et des cheminements piétonniers seront aménagés pour faciliter les déplacements pédestres. Ils tiendront compte du dénivelé existant entre le haut et le bas du quartier. Deux traversées nord-sud et est-ouest, de type voie verte, connecteront également les logements et les équipements. Des voiries favoriseront les mobilités actives (piétons, cyclistes) et une cohabitation apaisée avec les voitures, en continuité avec les projets en cours : Bus nouvelle génération, voie du Homet…

 

Des aménagements tests aux abords de l’école de la polle et de la maison du projet

 

Pour amorcer la transformation du paysage et des usages aux abords de l’école et de la Maison du Projet, deux paysagistes, l’Atelier les 2 Cyclopes et l’atelier Pré Carré, ont été missionnés en 2021.

 

Après une première semaine de travail réalisée fin mars 2021, durant laquelle une structure a été construite rue Jacques Cartier, ils sont revenus du 22 au 28 mai. Cette nouvelle phase de travaux  a permis la création de deux terrasses et d’un escalier. Ces aménagements dit transitoires permettent de tester des usages, de réfléchir aux aménagements définitifs en concertation avec l'école et le quartier : enfants, parents, enseignants, personnels d'entretien, Les Francas, services de la Ville, élèves du lycée, skateur, association de parkour, etc.

 

Ce travail permet également de donner à voir, autour de l’école de la Polle et de la Maison du projet, les premiers signes de transformation, sur un site qui est à la fois un carrefour du quartier (haut/bas, lycée/école), un lieu d’histoire mondiale (le blockhaus) et quotidienne (l’école) et où la vue est imprenable aussi bien sur la mer que sur le prochain renouvellement du quartier.

 

Les aménagements sont complétés par l'exposition Ici la vue est imprenable, composée de photographies réalisées par Baptiste Almodovar depuis le domicile des habitants du quartier et installée sur la façade de l'école.

 

Maison du projet : s’informer et s’exprimer

 

Installée depuis 2020 à l’école de la Polle, la Maison du projet est un lieu pivot de la concertation.

« Chacun peut s’y informer et s’exprimer sur les opérations prévues dans le quartier. Des permanences sont proposées chaque mercredi et jeudi, assurées par la direction du renouvellement urbain de la Ville de Cherbourg-en-Cotentin », indique Ralph Lejamtel. Le lieu accueille également des expositions, comme par exemple, actuellement, l’inventaire du patrimoine réalisé par les enfants de l’école de la Polle.

Contact : 06 32 60 32 68

 

Calendrier et montant des investissements

 

La signature de la convention avec l’ANRU est prévue à l’automne. Elle validera définitivement le cadre financier et le calendrier de travaux à partir de 2022 (date limite de lancement des opérations : 2024).

 

Le projet de renouvellement urbain du quartier Les Fourches - Charcot-Spanel s’inscrit dans le contrat de ville de la Communauté d’agglomération du Cotentin. Il est soutenu par l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), la Région, la Banque des Territoires et les organismes HLM qui gèrent les logements concernés : Presqu’île Habitat, HLM du Cotentin, Les Cités Cherbourgeoises.

 

Montant de l’opération

Montant global : 50 M€

  • Bailleurs sociaux : 32 M€
  • Aménagement d’espaces publics Ville de Cherbourg-en-Cotentin et Le Cotentin (agglomération) : 10M€
  • Participations ANRU : 7,9 M€
  • Région Normandie : 4,2 M€
  • Banque des Territoires : 140 000 €