Le théâtre sous les feux de la rampe

Dans cette page

Dernière mise à jour : 08/07/2021

Catégorie(s) : Culture/loisirs

Catégorie(s) : Travaux/urbanisme

Catégorie(s) :

C’est derrière une bâche en trompe-l’œil que la rénovation de la façade et des couvertures du Théâtre à l’italienne s’est déroulée. Les travaux débutés en novembre 2019 ont malgré tout connu un retard par rapport au planning initial en raison du contexte sanitaire et d’inévitables aléas de chantier. Cher au cœur des Cherbourgeois, ce fleuron des théâtres à l’italienne retrouve enfin sa splendeur d’antan.

 

Après avoir fait restaurer ses lustres, amélioré l’acoustique de la salle de spectacle, ou encore avoir mis en conformité la cage de scène et ses loges ces dernières années, la Ville a ainsi engagé la restauration de ses façades, avec une mise en lumière de la façade principale, ainsi que la réfection de la toiture du foyer et la révision de la toiture de la salle de spectacle.

 

Les travaux

Après la phase de préparation de chantier entre la Ville, le cabinet d’architectes et les entreprises (plan d’installation de chantier, mise en place de la sécurité, planning d’exécution…), les travaux ont pu débuter fin 2019.

Le nettoyage minutieux de toute la façade a été réalisé. Les artisans ont procédé à la restauration de pierres et au remplacement en les sculptant quand c’était nécessaire.

La restauration extérieure du pavillon Est, côté Café du théâtre, était prioritaire. Les ferronneries ont été démontées et sont en cours de restauration.

Au niveau du pavillon Ouest, côté artothèque, les menuiseries ont été changées et restituées dans leur aspect d’origine.

Un renouvellement à neuf et complet de la toiture du pavillon central a été réalisé, ainsi que la restitution des deux oculi en zinc qui animaient autrefois, de part et d’autre, la couverture du pavillon.

 

« Le savoir-faire des artisans permet de redécouvrir et remettre en valeur la richesse architecturale de ce joyau du patrimoine cherbourgeois. Il y a même des éléments architecturaux qui avaient disparu, telles certaines sculptures, qui ont été remis à l’identique. Nous avons aussi souhaité que les menuiseries retrouvent leur cachet », explique Benoît Arrivé, le maire de Cherbourg-en-Cotentin.

 

La bâche en trompe-l’œil a été déposée en mars dernier pour permettre la poursuite des travaux. Le chantier ne sera terminé qu’après l’installation des sas des portes d’entrées (portes tambours remplacées par des portes vitrées), le démontage des échafaudages du pavillon Ouest se fera début août et quelques tranchées seront creusées pour l’encastrement des lumières.

Les échafaudages sont en cours de démontage, marquant la dernière étape de ce chantier.

 

Une mise en lumière

 

Au-delà de la restauration à proprement parler, une mise en lumière subtile de la façade Nord du Théâtre à l’italienne mettra en valeur la richesse architecturale de ce monument et rayonnera sur la place de Gaulle.

À l’exception d’un nettoyage en 1993, la façade de ce joyau n’avait pas connu de restauration complète depuis plus d’un demi-siècle. Victimes des outrages du temps, ses groupes sculptés avaient même été mis sous filet en 2015 pour prévenir le risque de chutes d’éléments de décors, tandis qu’une restauration d’urgence de la toiture en zinc et de la balustrade du pavillon Est avait été réalisée la même année.

 

Inauguration en septembre

 

L’inauguration du théâtre cherbourgeois est prévue en septembre, à l’occasion des Journées du patrimoine. Ainsi, les 17, 18 et 19 septembre en soirée, un spectacle vidéo habillera la façade de façon magique et poétique.

 

Le chantier

Les entreprises en charge des travaux :

  • Cabinet d’architectes : 2BDM
  • Travaux : entreprise Lefèvre (maçonnerie, pierre de taille), l’atelier Chevalier (restauration), entreprise Aubert-Labansat (charpente, menuiserie, serrurerie), entreprise Gallis (couverture), entreprise Picard Duboscq (ferronnerie) et Selca (électricité).

 

Le coût de cette restauration complète, accompagnée de la mise en lumière de l’édifice, s’élève à 2,45 millions d’euros HT. La Ville de Cherbourg-en-Cotentin (1 178 815 euros) est soutenue par la Région Normandie (490 000 euros) et le Conseil départemental de la Manche (304 067 euros), dans le cadre du contrat de territoire, et la Direction Régionale des Affaires Culturelles (457 118 euros).

Dans le cadre d’une convention de parrainage, Dalkia et EDF ont financé l’immense bâche qui a recouvert les échafaudages et permis de conserver la perspective de la place.