Mobilités : la Ville se dote de véhicules à faibles émissions

Dans cette page

Dernière mise à jour : 11/02/2021

Catégorie(s) : Cadre de vie

Catégorie(s) : Cadre de vie

véhicules verts de la Ville

La Ville de Cherbourg-en-Cotentin veille à intégrer l’enjeu écologique dans ses projets. Elle s’attache ainsi à développer l’usage des énergies renouvelables, notamment au sein de son parc de véhicules.

 

Au 1er février 2021, le parc de véhicules à faibles émissions de la Ville se compose de :

  • 18 vélos à assistance électrique,
  • 26 véhicules légers (dont 5 hybrides électricité/hydrogène),
  • 7 châssis cabines-bennes,
  • 8 engins
  • 13 petits matériels et outillages.

La flotte est notamment pourvue de cinq Renault Kangoo ZE H2. Ces véhicules électriques ont la particularité d’être équipés de prolongateurs d’autonomie à hydrogène (environ 140 km supplémentaires) et d’une pile à combustible rechargeable. Par ailleurs, deux nouveaux Renault Kangoo ZE 100 % électriques ont rejoint le parc municipal en janvier.

Au total, les véhicules verts représentent environ 13 % de la flotte municipale.

 

« Nous nous sommes engagés, aux côtés du Département de la Manche et de l’Agglomération du Cotentin, dans le développement de la filière hydrogène avec la mise en service d’une station de distribution dans la zone industrielle portuaire des Mielles, en décembre 2020, explique le maire Benoît Arrivé. Ainsi, la Ville repense ses mobilités par l’achat progressif de véhicules plus propres, électriques, hydrogènes et hydrides, émettant moins de CO2 et de particules que nos anciens véhicules. »

 

Elément naturel, l’hydrogène ne dégage ni CO2 ni particules. Il permet également de diminuer efficacement la pollution dans les villes et réduit la dépendance au pétrole.

 

Des véhicules adaptés aux besoins de la collectivité

 

Les contraintes techniques sont parfois incompatibles avec l’utilisation des véhicules par les services (véhicules servant aux astreintes, autonomie insuffisante, absence d’offre…), mais certains sont particulièrement adaptés. Les châssis cabines-bennes qui interviennent dans les parcs et cimetières, sont ainsi appréciés pour leurs faibles nuisances sonores.

C’est aussi le cas pour les fourgonnettes affectées aux agents qui roulent beaucoup comme les coursiers, les surveillants de chantiers, les mécaniciens en véhicule de dépannage ou les agents de la DSI (direction des systèmes d’information) qui interviennent dans tout le Cotentin.

 

« Lors des renouvellements de véhicules dans le parc mécanique, nous prenons en compte les émissions de gaz à effet de serre (production de CO2, filtres à particules, normes anti-pollution). D’autres éléments entrent également en jeu : l’usage d’huiles hydrauliques biodégradables est par exemple privilégié. Le véhicule doit aussi rouler suffisamment afin d’amortir l’impact environnemental lié à sa production. L’objectif est d’atteindre 20 à 30 % de véhicules verts », explique Patrice Martin, adjoint à la voirie et à l’éclairage public, au mobilier urbain et à l’atelier mécanique.